Comment reconnaît-on un cépage ?

Comment reconnaît-on un cépage ?

Dans la vigne

L’œil très exercé saura généralement reconnaître un cépage par sa morphologie : la forme de ses feuilles et de ses grappes. la taille, la couleur ou la densité de ses baies, le port et l’aspect de ses parties ligneuses par exemple. Le petit verdot possède ainsi de petites baies, compactes et serrées, d’une couleur très foncée (à maturité), le pinot gris des baies d’une teinte rosée, le grenache une feuille dentelée à cinq lobes.

Dans le verre

Chaque cépage – en fonction de sa physiologie mais aussi du milieu naturel et des choix humains en matière de mode de conduite de la vigne et de vinification – combine de façon différente les constituants d’un raisin qui sont le sucre, l’acidité et les composés phénoliques (couleur; tanins). Transforrnés par la vinification, ceux-ci confèrent aux vins des arômes originaux et une structure (acidité, moelleux, tanins) spécifique. Ainsi, le gewurztraminer est reconnaissable à ses parfums entêtants de litchi ou de rose, le riesling à son acidité tranchante, le tannat à ses tanins puissants, etc. D’autres cépages ont beaucoup plus de facettes, tel le chardonnay capable de produire des vins aux personnalités opposées : vifs et minéraux sous des climats frais, chaleureux et exotiques sous des climats chauds. Une même variété peut aussi donner des types de vins très divers : vinifié de différentes manières, le grenache se déclinera en vin rosé souple, en rouge chaleureux ou en vin doux puissant et corsé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *